Rechercher
  • Allison Marotta

Entre tradition et modernité, le cuir n’a pas encore choisi sa voie.

Between Tradition or modernity, leather has not yet chosen its path.


Souvent incriminé ou arboré comme symbole de luxure, le cuir est une matière à l'héritage lourd qui tend à se moderniser. Mais cette modernité est-elle toujours en accord avec notre société ?


Incriminated or displayed as a mark of lust, leather is a material with an heavy heritage which tends to modernize. But is this modernity still in harmony with our society?





Etat des lieux : le cuir en tant que marchandise.

Au départ matériau de protection, puis monnaie d’échange, nous sommes aujourd'hui capables d’estimer l’époque des premières peaux traitées en -17 000 av. JC.


Il faut néanmoins attendre le 20ème siècle pour que l’industrie de la maroquinerie se déploie. Le cuir en tant que marchandise est la fonction la plus récente du matériau. Comme dit précédemment, avec un tannage différent, le cuir servait au départ de protection corporelle contre le froid.


En France, le berceau du cuir est la commune du Grauhlet, en Occitanie, qui compte aujourd'hui 80 entreprises travaillant la matière au service d'une entreprise éponyme : Grauhlet Le Cuir.




Initially a protective material, then a currency of exchange, we are now able to estimate the time of the first treated skins in -17,000 BC. JC.

However, it was not until the 20th century that the leather goods industry took hold. Leather as a commodity is the newer function of the material. As said before, with a different tanning, the leather initially served as body protection against the cold. In France, the cradle of leather is Grauhlet, in Occitanie, which today has 80 companies working with the material for Grauhlet Le Cuir Company.



L'industrialisation du cuir


Avec la montée de l’industrialisation, la commercialisation du cuir a également pris de l'ampleur. Il ne faut pas oublier que le cuir est un “co-produit de la chaîne alimentaire”. En effet, sans l’industrie du lait ou de la viande, cette matière n’existerait sûrement pas. Et sans sa valorisation dans la chaîne alimentaire de l'animal, le cuir ne serait sûrement pas aussi présent dans notre quotidien.


D’un autre côté, c’est également à cause de la montée de cette industrie que le cuir s’est autant développé, quitte à perdre de son prestige artisanal. Les déviances sont présentes dans la commercialisation et la production du cuir, et c’est pour cela que des nouveaux acteurs tentent de faire bouger les choses.


With the industrialization, the commercialization of leather has grown. We must understand that leather is a “co-product of the food chain”. Indeed, without the milk or meat industry, this material would surely not exist. And without its valuation in the animal's food chain, leather would surely not be so present in our daily lives.

On the other hand, it is also because of the rise of this industry that leather has developed so much, even if it means losing its artisanal prestige. Deviations are present in the marketing and production of leather, and this is why new players are trying to change the industry.




L'avènement du cuir vegan


Ces dernières années, le cuir vegan a pris de l’ampleur.

Raisin, cactus, pomme, tout y passe ! Les marques de prêt-à-porter, maroquinerie et accessoires, tentent de proposer une alternative, pour préserver les consommateurs des déviances faites dans l’industrie du cuir animale. Cependant, le concept de cuir vegan est légèrement biaisé. The Goog Goods, compare la définition de cuir à celle de vegan.


  • Cuir : "Matière issue de la peau animale, transformée pour être rendue imputrescible."


  • Véganisme : "Le terme vegan en anglais désigne un mouvement militant et relativement politique de protection et de défense des droits des animaux"


Autant dire que l'appellation "cuir vegan" ne peut pas exister. Alors pourquoi choisir de conserver l’appellation "cuir", pour une matière qui n’en est pas réellement ? Ne pourrions-nous pas profiter de ces avancées pour développer de nouveaux termes, au service d’une production innovante et responsable ?


Pinatex a par exemple choisi de communiquer son innovation textile sous un terme différent.


L’entreprise a développé il y a quelques années un tissu à l’apparence de cuir, à partir d’ananas. Sur leur site, seuls les termes “natural textile” ou “substitutes leather” sont présents.


In recent years, vegan leather has taken off. Banana, cactus, orange, anything goes! The ready-to-wear, leather goods and accessories brands are trying to offer an alternative, to protect consumers from deviations made in the animal leather industry. However, the concept of vegan leather is slightly biased. The Goog Goods Media, compares the definition of leather to that of vegan.


Leather: "Material from animal skin, transformed to be made rot-proof."

Veganism: "The term vegan in English designates a militant and relatively political movement for the protection and defense of animal rights"


Suffice to say that the name "vegan leather" cannot exist. So why choose to keep the name "leather", for a material that is not really? Could we not take advantage of these advances to develop new terms, in the service of innovative and responsible production?


Pinatex, for example, has chosen to communicate its textile innovation under a different term. The company developed a leather-like fabric a few years ago from pineapple. On their site, only the terms “natural textile” or “leather substitutes” are present.



L'optimisation des déchets


Du cuir reconditionné

Recyc’Leather propose un cuir reconditionné à partir de chutes de cuir. L’entreprise appelle ça : le synderme de cuir. Recyc’Leather se source auprès d’usines de gants industriels, broie la matière, la mêle à du latex naturel et obtient son synderme de cuir.

Au lieu de produire : reconditionnons !


Recyc'Leather offers reconditioned leather from scraps of leather. The company calls it: the leather synderme. Recyc'Leather sources from industrial glove factories, grinds the material, mixes it with natural latex and obtains its synthetic leather. Instead of producing: let's recondition!



L’upcycling


L’upcycling est également une solution. Le meilleur déchet est celui qui n’est pas produit. Alors opter pour du cuir vintage est une belle option.

Dans notre studio, Claire Dartigues a récemment designé une collection ski-couture fabriquée à partir de cuir surcyclé. Ce cuir provient d’un manteau vintage qui a été décousu, découpé puis transformé en bananes, genouillères et empiècement pour les produits de la collection.

Retrouvez les pièces de la collection ici.


Upcycling is a part of a solution. The best waste is the waste that is not produced.

So create from vintage leather is a great option. In our studio, Claire Dartigues recently designed a ski-couture collection made from upcycled leather. This leather comes from a vintage coat that was unstitched, cut and then transformed into bananas, knee pads and yoke for the products in the collection.










Posts récents

Voir tout